S. et B. Van Papem

Poster un commentaire

11 novembre 2014 par gregoirepolet

Ce qui peut sembler un mensonge ou une frime n’était ni l’un ni l’autre. Les frères Van Papem, en vacances, un soir sur deux, allaient réellement manger avec un mendiant. Avant d’aller dîner, ils faisaient la proposition à un mendiant, il n’en manque jamais, apparemment, et ils l’emmenaient manger avec eux. Pas dans un endroit trop chic, du coup. Et comme c’était moins chic, c’était aussi moins cher, de sorte que manger à trois dans cet endroit moins cher revenait au même que d’avoir mangé à deux dans un endroit moins modeste.
J’ai voulu faire — et j’ai fait — pareil. Mais, étant donné ma situation habituelle, je l’ai fait seul. C’était à Bruxelles, dans une rue dont j’ignore toujous le nom tant il est habituel de la surnommer la rue des pittas. C’est en effet plein de restaurants de ce type. J’y étais, je m’apprêtais à commander mon durum, et je me souvins des deux frères Van Papem. Je reculai, changeai de rue, résolu à m’adresser au premier mendiant venu. Un type à longs cheveux gris et avec une étrange incisive deux fois plus grosse ou plus longue que l’autre, se mit dans ma ligne de mire. Il portait une doudoune, du genre Millet, bleue, rapiécée et singulièrement rapplatie. Je passai, faisant semblant de rien. Il me tendit la main — je craignais une de ces mains enflées typiques des héroïnomanes. Je m’arrêtai, lui proposai de manger avec moi. Il me regardait bizarrement. J’ajoutai :
— Une pitta. Je vais manger une pitta. Je n’aime pas manger seul. Si tu as faim, viens avec moi, je t’invite.
Le type, sans répondre, me suivit.
On s’installa au Mikonos. Ou était-ce au Zorba ou au Patmos. On commanda deux pittas grandes avec frites.
— Piquantes ?
— Piquantes. Et deux bières.
Les clochards des frères Van Papem sentaient-ils également la pisse, comme le mien ? C’était dur à supporter. Des gens se retournaient, nos voisins changèrent de table. J’étais embarrassé mais je pensais aux Van Papem. Ça avait dû leur arriver aussi. Un clochard pas propre et malodorant.On n’était pas dans un trois étoiles. Je craignais qu’un serveur vienne nous faire une remarque, nous mette dehors. Mais les serveurs ne semblaient pas remettre en question ce qui devait apparaître très clairement comme une œuvre de charité. Je m’étonnai de ne plus sentir l’odeur de vieux pipi, au bout d’un moment. Je la percevais encore, pour être exact, mais comme si elle venait de ma gauche, d’une autre table, voisine. J’ai un peu peur de passer pour un idiot, mais je me dois d’écrire ici qu’après le repas, alors qu’il revenait des toilettes, mon clodo, sans avoir changé d’allure, avait totalement changé d’odeur. Il sentait je ne sais quel parfum mais un délicieux. Comme les nez de Chanel et de Calvin Klein doivent le chercher depuis longtemps. Un parfum fleuri, qui descendait dans le cœur. Je ne pus faire autrement que de m’en apercevoir. Nous sortîmes du restaurant. Il allait devant moi, et j’étais dans son odeur délicate et merveilleuse comme dans un sillage.
Dehors, alors que je craignais tout de même depuis le début que le type ne s’accroche et me colle, il me tendit la main. J’hésitai à la prendre, car j’avais mangé avec lui, mais je ne l’avais pas encore touché. Je serrai cette main brune aux ongles noirs. Il avait dans le regard une expression de chien battu qui remercie d’avoir été épargné pour une fois. Il tourna les talons et s’enfuit d’une démarche à la fois boîteuse et très rapide, penché en avant, quasiment plié en deux. Il disparut en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

%d blogueurs aiment cette page :