Bouclée

Poster un commentaire

29 août 2012 par gregoirepolet

— Une triple carmélite.
Elle demandait ça l’avant-bras nu sur le zinc, souriante, petite, jeune et fraîche, décidée, bronzée comme à la fin d’août et heureuse comme Bruxelles toujours quand il y a du soleil.

Lui, en face, le serveur, il ne s’y attendait pas, cette jolie brune, brun roux d’ailleurs et bouclée, qui demandait tout de go la bière la plus forte, comme un verre d’eau grenadine, sur un ton gai et musical. Il y avait du soleil, ce jour là, qui passait par les grandes baies du café, grandes à la Hopper, et qui rebondissait en grandes flaques cacahuète sur les table en bois clair.

Il n’était pas le seul serveur, le bar était grand, et elle n’était pas la seule cliente, pas la seule jeune et même pas la seule aux cheveux brun roux. Il avait du succès, ce bar-là, les gens qui y venaient disaient: c’est une ville qui vit. Ça grisait le petit monde, la lumière blonde qui filtrait là-dedans comme un soleil tranquille et intérieur.

Ces deux-là ont se sont aimantés. Plus tard, ils ont pris un appartement ensemble. Au moment néanmoins où la relation déraillait. Quelque chose chez lui qui l’ennuyait ; quelque chose chez elle qui le dérangeait. Mais on avait beaucoup de copains, on noyait le poisson. Toujours autour du café Belga, triple carmélite parfois encore, thé, tisane, café et de la chope moins chère. Elle est passée serveuse. Elle l’a remplacé, en somme. Elle n’avait plus de boulot, et lui avait trouvé autre chose. Elle ne supportait pas qu’il dise: trouvé mieux. Autre chose et mieux, ça n’a rien à voir.

Puis, très vite, ils se sont brouillés. Elle a dit pis que pendre de lui à qui voulait l’entendre, et beaucoup derrière le comptoir avec les autres. Il est repassé prendre un verre, ça faisait des étincelles. Il franchissait la porte du bar et les connaisseurs disaient waw et tournaient la tête pour voir quelle façon d’exploser elle allait choisir.

Puis il décida qu’ils s’étaient séparés à l’amiable. Etrange décision après coup, qui avait sans doute son fond de vérité. Et Anne-Françoise désarma, elle redevint copine tranquille avec lui. Tout à coup l’orage avait passé, les meilleurs amis du monde, et Nicolas disait:

— Bon évidemment je ne suis plus amoureux d’elle, c’est fini, ça ne pourra jamais recommencer, mais c’est quand même la fille la plus chouette que je connaisse, que j’aie jamais connue, en fait, c’est la personne qui compte le plus pour moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et recevoir des notifications de nouveaux articles par mail.

%d blogueurs aiment cette page :